POOLP

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot clé - Roumanie

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 12 octobre 2010

Roumanie : "l'ajustement des politiques économiques" ou la conditionnalité du FMI...

Le FMI impose la semaine de 60 heures. PressEurope, 12 octobre 2010.

"Le Code du travail vire à droite", constate Adevărul, [en roumain] qui révèle que le gouvernement roumain prépare "à la demande du Fonds monétaire international" (FMI) un texte faisant passer la semaine de travail de 40 à 60 heures, et assouplissant les procédures de licenciement. Ces mesures vont à l’encontre de la directive européenne qui limite le temps de travail à 48 heures par semaine. La Roumanie, tout comme le Royaume-Uni, "pourrait disposer d’une dérogation [opt-out] permettant à une personne de travailler 60 heures par semaine, mais pas plus de six mois" d'affilée par an, affirme le journal. Tandis que les syndicats menacent un "bain de sang", le pays se retrouve pris entre "les exigences du FMI et les avertissements de l'Europe" au sujet de cette loi.


Notes Poolp


- Lire, sur le site du FMI, la fiche "La conditionnalité du FMI" (du 9 avril 2010) qui commence par cette phrase : "Lorsqu'un pays emprunte auprès du FMI, ses autorités acceptent d'ajuster leurs politiques économiques pour surmonter les problèmes qui les ont conduites à solliciter l'aide financière de la communauté internationale".
- Pour mémoire, on peut lire sur le site du FMI, la déclaration du directeur du FMI, M. Strauss-Khan, à l'issue de sa visite en Roumanie le 30 mars dernier : " Nous avons passé en revue l’évolution récente de l'économie roumaine et les résultats économiques du pays dans le cadre de son accord de confirmation avec le FMI. Nous sommes convenus qu’il sera essentiel d’appliquer intégralement le programme économique pour pérenniser la croissance, accroître l’emploi et relever le niveau de vie. Au lendemain de la crise, la Roumanie a fait face à des problèmes épineux. La croissance devrait redevenir positive cette année : il sera essentiel de poursuivre le programme d’ajustement audacieux qui a été engagé. Il faudra en particulier continuer de réformer le secteur public, notamment les entreprises publiques, pour le rendre plus efficient".
- En profiter pour lire le fonctionnement et les missions du FMI, notamment son objectif premier qui est de "veiller à la stabilité du système monétaire international, en d’autres termes, le système international de paiements et de change qui permet aux pays (et à leurs citoyens) de procéder à des échanges entre eux. Ce système est essentiel pour promouvoir une croissance économique durable, accroître les niveaux de vie"...
- Lire aussi les objectifs communs entre le FMI et l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce) pour "assurer la solidité du système de commerce et de paiements internationaux".
- Enfin, pour les anglophones, le très récent rapport du FMI dans lequel il approuve l'allongement de la durée du travail "From Stimulus to Consolidation: Revenue and Expenditure Policies in Advanced and Emerging Economies" [De la relance à la rigueur, politiques fiscales et dépenses publiques dans les pays développés et émergents], 6 octobre 2010.

jeudi 13 mai 2010

Le FMI a prêté, les Roumains vont payer.

Les manifestations contre le plan d’austérité se multiplient en Roumanie. Euronews, le 13 mai 2010.
"Les Roumains ont du mal à avaler la cure d’austérité que le gouvernement s’apprète à leur imposer. Hier, les retraités manifestaient dans plusieurs villes du pays contre la baisse annoncée de 15% de leurs pensions [1].
Le plan d’austérité prévoit également une baisse de 15% des allocations chômage, moins 25% pour les salaires des fonctionnaires. Autant de coupes dans les dépenses qui doivent permettre d’obtenir le versement d’une nouvelle tranche du prêt de 20 milliards d’euros accordé l’an dernier par le FMI, l’Union européenne et la Banque mondiale.

(....) Lire la suite de l'article sur Euronews.

[1] l'avant-veille, c'était les personnels de l'Education et les agriculteurs qui manifestaient dans les rues de Bucarest.